Une échéance qui se précise pour les Français mais des têtes de liste très peu identifiées des Français

  • La date du scrutin est désormais assez bien identifiée des Français : 68% savent que ces élections auront lieu en juin (+15 points en un mois).
  • Un scrutin désincarné pour les répondants : 52% des Français inscrits sur les listes électorales sont incapables de citer la moindre tête de liste des principales forces en présence.
  • C’est Jordan Bardella qui est le mieux identifié, avec 43% des Français capables de le mentionner spontanément comme tête de liste du RN.

Le Rassemblement National confirme son avance et bénéficie d’un net « effet Bardella »

  • Si l’élection avait lieu dimanche prochain, 30% des répondants voteraient pour la liste du RN (stable).
  • Un vote motivé avant tout pour la personnalité de Jordan Bardella (40%).

… mais l’écart se réduit avec Renaissance, qui peut compter sur un vote légitimiste malgré le manque de notoriété de sa tête de liste

  • La liste Renaissance est créditée de 20% des intentions de vote (+2 points).
  • Seuls 42% des électeurs potentiels de la liste sont capables de citer Valérie Hayer.
  • 46% choisissent cette liste avant tout sur étiquette et 34% pour ses propositions politiques.

A gauche, un rapport de force inchangé, dominé par Raphaël Glucksmann

  • Raphaël Glucksmann maintient son avance sur les autres forces de gauche, avec 11% d’intentions de vote en sa faveur (stable).
  • Le vote à son égard est motivé aussi bien par ses propositions (32%) que par son étiquette politique (33%) ou sa personnalité (25%).
  • A l’inverse, la liste de LFI (créditée de 7% des intentions de vote, comme le mois dernier) est avant tout un vote d’étiquette : 62% des électeurs potentiels de la liste se positionnent d’abord sur le nom du parti.

A droite, François-Xavier Bellamy se maintient

  • La liste des Républicains conduite par François-Xavier Bellamy se maintient au même niveau que le mois dernier (8% des suffrages).
  • La liste Reconquête s’érode très légèrement (5,5%).

Les thématiques qui compteront

  • Le pouvoir d’achat reste l’enjeu qui comptera le plus pour les Français dans cette élection (62% « beaucoup »), mais l’attention portée au terrorisme progresse (51% ; +5).
  • Les enjeux internationaux restent en toile de fond, à commencer par la guerre en Ukraine, qui aura un impact important pour 54% des répondants. Le confit entre Israël et le Hamas joue également pour 39% des répondants, notamment pour les électeurs de LFI (51%).