Pour la troisième année consécutive, la Fondation Jean-Jaurès et la Macif ont réalisé avec l’institut BVA Xsight une enquête sur « les jeunes et l’entreprise » auprès de 1000 jeunes Français âgés de 18 à 24 ans afin d’observer les aspirations de cette génération en matière de travail. Quels idéaux vis-à-vis de l’entreprise rêvée ? Comment se projettent-ils dans leur avenir professionnel ?

Des jeunes en demande d’engagement sincère de la part de l’entreprise

Une demande d’engagement principalement dans deux causes : l’environnement (32%) et en faveur de l’égalité hommes/femmes 27% (+ 4 pts).

3 jeunes sur 10 (29%) pensent que ce qu’il manque en priorité aujourd’hui aux entreprises est l’alignement entre les valeurs qu’elle prône et celles qu’ils revendiquent personnellement (+ 5 pts)

L’entreprise idéale des jeunes : une entreprise ancrée localement, qui leur permet de s’épanouir tout en les rémunérant à leur juste valeur

La moitié des interviewés (50%) veulent rejoindre une entreprise française ou locale, une attractivité bien supérieure à celle des entreprises étrangères (10%) ou du CAC 40 (12%).

Les principales attentes par rapport à leur travail : avoir un poste bien payé (43%) et avoir un poste qui leur permet d’avoir du temps libre pour leur vie personnelle (35%, +5 pts).

Et dans un contexte inflationniste, 50% des jeunes expriment en priorité la crainte de ne pas gagner assez d’argent dans leur travail (+ 4 pts), devant celle de s’ennuyer (36%).

La majorité des jeunes (52%) souhaiteraient avoir la possibilité de faire du télétravail de manière partielle, un score en forte hausse (+ 8 pts).

Une jeunesse toujours inquiète face à l’entrée dans le monde du travail mais qui se montre plus optimiste pour leur futur, prête à s’engager

Seuls 48% des jeunes se montrent optimistes face au marché du travail et 48% des jeunes pensent que le manque d’expérience est le principal frein au premier emploi.

Plus de 7 jeunes sur 10 (72%) se montrent optimistes face à leur avenir (+ 10pts) et sont nombreux à se projeter : 71% ont un projet de logement et 57% désirent se marier ou avoir des enfants.

Au-delà de leur avenir personnel, la majorité des répondants (56%) se sentent prêts à s’engager dans au moins une organisation dans le futur (+ 11pts), en particulier une association.

Vers la sortie de la crise COVID ? Des jeunes qui apparaissent plus épanouis en général et dans leur travail post confinement.

7 jeunes sur 10 (69%) estiment que leur moral est bon (+ 3pts).

La moitié des jeunes paraissent davantage motivés qu’avant la crise sanitaire quand ils travaillent ou étudient (+ 7pts) et 61% sont davantage dans une recherche de sens dans leur travail (+ 5pts).

Retrouvez ici la note d’analyse de la Fondation Jean Jaurès.

Et ici l’infographie de l’étude.

 

Contact BVA


Blandine Tardieu
Directrice de clientèle