En développement constant depuis une vingtaine d’années, le e-commerce a connu un bond supplémentaire « grâce » à la crise du Covid-19 et ses confinements successifs. Aujourd’hui, dans un contexte où s’allient baisse du pouvoir d’achat, conscience environnementale accrue et innovations digitales perpétuelles, quelle posture les Français adoptent-ils à l’égard des achats en livraison ? BVA Xsight et Yper font le point, au travers d’une étude menée auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

Voici, ci-dessous, les principaux enseignements :

Se faire livrer ses achats : une pratique majoritaire mais ponctuelle, encore réservée à certains types de produits

  • Plus de trois quart des Français affirment avoir recours à des services de livraison pour leurs achats personnels (79%) mais une minorité les utilise régulièrement (20%).
  • Les services de livraison sont avant tout utilisés pour la diversité des produits disponibles (28%) et leur intérêt financier (26%).
  • Les produits les plus achetés par ce biais demeurent relativement « classiques » : 8 utilisateurs des services de livraison sur 10 déclarent se faire livrer des marchandises liées à l’habillement (83%), à la culture (82%) et/ou à la maison (80%). Cette pratique commence toutefois à se développer pour d’autres types d’articles : des produits de grande distributionalimentaires (hors ultra-frais et surgelés) ou non – (42%), des produits ultra-frais ou surgelés (29%) ou des éléments « plaisir » tels que des fleurs (36%), du vin ou du champagne (28%) ou du chocolat (27%).
  • Plus de la moitié des Français ont déjà offert un cadeau en faisant livrer ce dernier au domicile de la personne concernée (52%). 73% des individus ayant eu recours à ce procédé l’ont fait pour envoyer des fleurs, 32% pour des chocolats et 23% pour du vin.

Un prix avantageux et une arrivée à destination rapide : les éléments clefs d’une livraison réussie

  • Pour sélectionner une société de livraison parmi d’autres, les Français prêtent avant tout attention au prix (59%) mais le laps de temps entre la commande et la livraison des produits constituerait également un point important (40%). Le soin apporté aux produits (22%), la précision des créneaux proposés (19%) et la flexibilité proposée vis-à-vis de la commande (15%) arrivent en second plan.
  • Si seulement 12% des Français intègrent l’impact environnemental des véhicules dans la short-list de leurs éléments de décision, deux des trois principales pistes de perfectionnement des services de livraison – citées par leurs propres utilisateurs – sont  liées à la question environnementale : le recours à des véhicules plus respectueux de l’environnement (34%) et l’emploi d’emballages plus écologiques (30%).
  • Par ailleurs, les utilisateurs souhaiteraient davantage de créneaux disponibles (21%) et surtout, des créneaux plus précis (28%).

Regrouper ses commandes en un seul service de livraison ou faire appel au service dédié de chaque enseigne ?

  • 59% des Français préfèrent se tourner directement vers le service de livraison de l’enseigne auprès de laquelle ils effectuent leur commande alors 41% favoriseraient un service unique.

Le cotransportage : une visibilité à développer

  • Spontanément, seulement un tiers des Français connaissent le concept de livraison collaborative, aussi appelé cotransportage (34%) ; 19% voient précisément ce dont il s’agit.
  • Après présentation de ce dernier, une majorité d’entre eux se montrent enclins à l’essayer (54%).
  • Dans le cotransportage, les Français voient avant tout un moyen d’arrondir ses fins de mois (86%) mais ils sont également grandement majoritaires à estimer qu’il s’agit d’une alternative aux services de livraison classiques (82%). Ils sont un peu moins convaincus que ceci constitue une réelle solution d’avenir (65%).

Retrouvez le communiqué de presse ici.