Une étude inédite pour évaluer la relation qu’entretiennent les Français avec l’information à l’heure de l’infobésité

BVA Xsight a mené pour l’ARCOM, une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 3 400 Français âgés de 15 ans et plus, afin de répondre aux questions suivantes :

  • Les Français s’intéressentils à l’information ?
  • Comment les Français s’informentils ?
  • Quelle connaissance ontils des réseaux sociaux ?
  • Quelle image ont-ils des médias et des journalistes ?

Cette enquête menée du 22 novembre au 20 décembre 2023 révèle ainsi que les Français se sentent plutôt bien informés malgré une surcharge informationnelle et une exposition aux fake news qui les poussent parfois à adopter des comportements d’évitement de l’information (changer de chaîne de télévision ou de station de radio, suspension des notifications des applications…). L’expansion rapide des réseaux sociaux et des plateformes de vidéo a facilité et démultiplié l’accès direct des Français à l’information et son appropriation, même si les médias éditorialisés – au premier rang desquels la télévision et la radio – restent aujourd’hui encore les plus fréquentés.

Les Français s’intéressent toujours à l’information !

C’est ce que déclarent en effet 94% des sondés et la même proportion déclare même s’informer quotidiennement.

Leurs centres d’intérêt sont variés et les sujets d’informations ne bénéficient pas tous du même attrait.
Les catégories « Santé, mode de vie, bien-être » (71%); « Environnement, climat, écologie » (70%) et « Culture et divertissement » (70%) sont les sujets qui intéressent le plus les Français.

Ils s’informent à 44% pour « comprendre le monde qui [les] entoure », à 42% pour « [s]‘instruire, [se] cultiver » et à 38% pour « [se] faire [sa] propre opinion », une tendance qui montre que les Français cherchent à s’informer afin d’établir un lien avec la réalité, puis à établir des relations avec les autres.

La tendance générale est à s’informer plus ! 32% des sondés affirment s’informer plus qu’auparavant contre 22% qui affirment le contraire. Malgré cet intérêt, les Français (61%) vont parfois ou souvent « éviter les informations« , montrant ainsi une fréquence des comportements d’évitement de l’information.

La télévision, reine de l’information

La télévision reste le premier mode d’accès à l’information : 80% des Français la regarde au moins 1 fois par semaine et 66% tous les jours. La radio (incluant les podcasts) arrive en deuxième position avec 67% de Français qui l’écoutent a minima 1 fois par semaine, suivi de près par les moteurs de recherche (65%).

On remarque cependant un élargissement des sources d’accès à l’information via les réseaux sociaux (56%) et les plateformes de vidéos en ligne (43%).

Les réseaux sociaux, l’infobésité en continu

Pour les Français, les réseaux sociaux proposent une offre singulière et ajustée à leurs besoins. 34% déclarent y trouver des informations qu’ils ne trouvent pas ailleurs et 24% préfèrent les formats qui y sont proposés.

Cependant les Français ne sont pas dupes des risques associés aux médias algorithmiques (désinformation, manipulation de l’information, haine en ligne), et manifestent à leur égard de fortes craintes (sans pour autant être toujours capables de s’en protéger) : 55% des Français déclarent craindre en premier lieu sur les réseaux sociaux d’être exposés à des fausses informations et 50% de se voir voler leurs identités personnelles.

Les Français préfèrent les journalistes aux algorithmes

L’enquête révèle également la place encore prépondérante des médias et des journalistes dans la formation de l’opinion des Français. 53% des Français préfèrent ainsi que leurs informations soient sélectionnées par des journalistes plutôt que par des algorithmes. De plus, une grande majorité (76%) estime que les informations diffusées par les grands médias (radio, TV, presse) contribuent à façonner leur point de vue sur un sujet, bien plus que les échanges avec leurs proches (72%) et les informations relayées sur les réseaux sociaux (37%).

Cependant, cette confiance n’est pas inébranlable, car près de la moitié des Français (48%) expriment des doutes quant à la fiabilité des informations diffusées par les médias. Les raisons principales de ces doutes pour les Français incluent les pressions politiques (51%), les pressions des propriétaires de médias (47%) et la tendance des médias à privilégier les scoops et le sensationnalisme (45%).

Arcom-presentation-etude-Les-Francais-et-information

👉 Téléchargez l’étude complète sur le site de l’ARCOM !

Vous pourrez aussi (re)visionner sur le site de l’ARCOM :

  • le replay de la conférence de présentation de l’étude qui s’est tenu le 14 mars dernier, au siège de l’Autorité à Paris.
  • Les témoignages vidéos de Français interrogés dans le cadre du dispositif.