Bilan de Gabriel Attal après 1 mois à Matignon

  • Sa cote de popularité est en nette baisse (50%; -8 points)
  • Ses premiers pas en tant que Premier ministre sont jugés avec circonspection : 38% des Français sont satisfaits, 40% ne le sont pas et 22% n’ont pas d’opinion
  • Il peut toutefois compter sur une structure d’image plutôt positive qui se maintient :
    • Autour des dimensions de convictions (60%), de compétence (55%) et de capacité à prendre les décisions qui s’imposent (52%)
    • Mais toujours du mal à convaincre qu’il répond aux préoccupations des Français (38%)
  • La confiance qu’on lui accorde pour améliorer la situation de la France (44%) et le quotidien des Français (41%) est toujours limitée

Nette baisse de la cote de popularité d’Emmanuel Macron

  • A 28%, elle recule de 4 points
  • Elle se rapproche de son plus bas niveau (26%) atteint lors de la crise des retraites (avril 2023) ou de celle des Gilets jaunes (novembre 2018)

Amélie Oudéa-Castéra en mauvaise posture

  • Seuls 8% des répondants souhaitent qu’elle conserve son double portefeuille
  • 22% pourraient envisager qu’elle garde les Sports et délaisse l’Education nationale
  • Surtout, 45% préfèreraient qu’elle quitte le gouvernement

Rachida Dati tire son épingle du jeu

  • Nette hausse de sa cote d’influence (21%; +5), soit son plus haut niveau depuis 2020
  • Elle talonne désormais les deux autres poids lourds du gouvernement, en recul : Bruno Le Maire (26% ; -4) et Gérald Darmanin (21% ; -5)

La gestion de la crise des agriculteurs par le gouvernement est perçue plutôt positivement…

  • 70% estiment que ce dernier a eu raison d’agir vite car il fallait entendre leur colère
  • Des mesures globalement saluées – notamment concernant le GNR (73% d’approbation) et le renforcement de la loi Egalim (82%)
  • Mais des interrogations sur le fait que les solutions apportées soient vraiment concrètes (31%)

… mais la crise illustre les paradoxes des Français sur le plan environnemental

  • 62% pensent qu’il n’y a pas de renoncement sur le plan environnemental et que le gouvernement n’a pas cédé à trop de revendications
  • 68% approuvent également l’assouplissement de l’obligation de réserver certaines surfaces en prairie
  • … et dans le même temps l’opinion à l’égard des pesticides est négative, du moins dans leurs dires : 64% déclarent préférer des produits sans pesticide, même s’ils coûtent plus cher et 53% pensent qu’il faut limiter leur usage, même si cela produit des normes contraignantes pour les agriculteurs
  • Au final, la mise en pause du plan Ecophyto suscite des interrogations mais l’approbation domine malgré tout : 47% y sont favorables, contre 38% qui y sont opposés