Après la baisse du mois dernier, Emmanuel Macron retrouve son niveau de popularité habituel (33%; +5)

  • Le chef de l’Etat parvient à restaurer quelque peu son noyau électoral (83% de ses électeurs de 1er tour en 2022 ont une bonne opinion de lui ; +5)
  • Deux Français sur trois (67%; -4) déclarent toutefois toujours qu’ils ont une mauvaise image de lui, dont 35% (+1) une très mauvaise image.

Gabriel Attal maintient le cap

  • Gabriel Attal se maintient quasiment au même niveau que le mois dernier, avec 49% de bonnes opinions à son égard (-1).
  • La nette baisse qu’il avait enregistrée semble donc quelque peu amortie et sa cote de popularité demeure nettement supérieure à celle du Président.

Guerre en Ukraine : des Français très inquiets mais pas prêts à ce que la France s’engage davantage

  • 80% se disent préoccupés à ce sujet, dont 43% qui le sont « beaucoup ».
  • Ils sont tout aussi inquiets des répercussions d’une éventuelle défaite de l’Ukraine (76%) que sur la capacité de l’Union européenne à se défendre en cas d’agression d’un pays membre (77%).
  • Pour autant, seuls 23% souhaitent que le soutien de la France à l’Ukraine soit renforcé, contre 30% qui souhaitent qu’il soit diminué (50% chez les sympathisants RN)
  • 65% estiment par ailleurs que les propos d’Emmanuel Macron sur l’éventuel envoi de troupes armées sont une mauvaise chose car cela présente « un risque d’escalade dans la guerre », contre seulement 22% qui considèrent que c’est une bonne chose pour « ne pas paraitre faibles aux yeux de la Russie »

A l’exception de Jordan Bardella, une notoriété et une influence encore limitées des têtes de listes pour les européennes – malgré une percée de Raphaël Glucksmann

  • Que ce soit Valérie Hayer (11%), François-Xavier Bellamy (12%) ou Manon Aubry (12%), les personnalités qui mèneront les têtes de listes Renaissance, LR et LFI aux prochaines élections européennes suscitent peu d’élan sur leur nom et voient leur cote d’influence se situer à un niveau limité
  • Raphaël Glucksmann émerge quelque peu : sa cote d’influence (18%) est ainsi supérieure à celle que l’on mesurait il y a 5 ans
  • Jordan Bardella se distingue très nettement à cet égard, avec une cote d’influence nettement supérieure (33%, en 3e position de notre classement général)